Close

Mycose vaginale et femme enceinte

Mycose Vaginale et femme enceinte

Une mycose vulvaire pendant la grossesse, pourquoi ?

Une mycose vaginale ou vulvaire est due à la présence d’un champignon ou levure, le candida, dans le milieu vaginal. Ce dernier est composé d’une multitude de bactéries qui font office de protection naturelle. Le développement du Candida Albicans le plus souvent, mais aussi du Candida Glabrata et résulte d’un déséquilibre de la flore vaginale. Divers facteurs peuvent être responsables de cette maladie : des produits de toilette intime mal adaptés, des chaleurs excessives, la prise d’antibiotique, le diabète, les bouleversements hormonaux engendrés par certaines étapes de la vie, comme la ménopause ou bien-sûr la grossesse.

Durant la grossesse,  il y a une modification du vagin avec l’augmentation des œstrogènes et des progestatifs qui diminuent l’immunité locale tout en augmentant les sécrétions locales qui impliquent une macération et une humidité propices aux développement des champignons. Bien que la mycose vaginale ne soit pas considérée comme une MST, les rapports sexuels non protégés, font que le sperme peut avoir un impact sur la flore vaginale et, ainsi augmenter les risques de mycose vulvaire. Cette infection, aussi appelée la candidose, se manifeste par des démangeaisons, des rougeurs et des pertes blanches et épaisses voire visqueuses.

Des risques pour le bébé ?

Une mycose vulvaire n’est pas une infection grave et ne représente pas de dangers majeurs pour l’état de santé générale. Toutefois, c’est une situation désagréable et il est primordial d’y remédier rapidement, même si les risques restent bénins. La présence d’une candidose ne constitue pas un danger pour le bon développement du fœtus. Pourtant, il reste primordial de la soigner dans les meilleurs délais.

En effet, lors de l’accouchement le nouveau né peut être contaminé et il pourra un développer le muguet du bébé sur la langue. Certes, les conséquences sur sa santé sont moindres et les traitements efficaces, mais mieux vaut le préserver en amont. Une femme enceinte doit plutôt opter, elle aussi, pour des traitements légers et doux, afin de se débarrasser d’un mycose vaginale dès les premiers symptômes. Pour autant, ne vous inquiétiez pas plus que cela, le stress a aussi de l’influence sur le bien-être du fœtus en devenir !

Quels sont les traitements naturels sans ordonnance et allopathiques possibles ?

Pour soigner une mycose vaginale, il faut prendre un antifongique, soit par voie orale, soit de manière locale. İl faut savoir que tous les médicaments antifongiques (anti-champignons) qui se prennent oralement nécessitent une prescription médicale. En revanche, les traitements antifongiques, qui s’appliquent localement, se vendent en pharmacie sans ordonnance. İl s’agit bien souvent d’ovules qui doivent être placées au fond du vagin, de préférence le soir. Le traitement est court allant de 1 à 3 jours.

Des traitements naturels peuvent être envisagés. On citera le yogourt qui aide à recréer l’équilibre de la flore vaginale. Il peut aussi être directement appliqué sur les zones ou utilisé avec de l’eau comme lavement. L’acide borique peut être utilisé pour réaliser des suppositoires vaginaux. Bien entendu, avoir une bonne hygiène intime est essentiel.

Une mycose vaginale peut-elle empêcher de tomber enceinte ?

À priori, souffrir d’une mycose vaginale ne peut pas vous empêcher de tomber enceinte. Cette affection bénigne ne fait en aucun cas baisser votre fertilité. Toutefois, les démangeaisons, les irritations voire les brûlures qui en résultent, peuvent entraîner une diminution de votre libido. Les champignons peuvent aussi dégager des odeurs peu attractives. Une fois de plus, il est préférable de consulter de suivre un traitement le plus rapidement possible.

Par ailleurs, il convient aussi que votre partenaire sexuel soit également traité, surtout si son pénis le démange et se recouvre de lésions blanches, ce qui signifie que lui-même à une mycose. Si les manifestations ne disparaissent pas au bout d’une semaine, il est alors fondamental de consulter un gynécologue. İl pourra faire un prélèvement, afin de s’assurer qu’il ne s’agit pas d’une infection plus grave comme la chlamydiose et la gonorrhée. Ces maladies sexuellement transmissibles (MST) peuvent endommager les trompes de Fallope et rendre ainsi stérile si elles sont ignorées.

Comment soulager rapidement les démangeaisons ?

İl existe plusieurs remèdes naturels pour soulager les démangeaisons et irritations. Le romarin infusé directement posé sur les zones externes ou utilisé dans une serviette hygiénique saura vous soulager. La mauve permet de résorber les inflammations. İl suffit de faire une grande infusion qui servira pour un bain de siège. Les vertus relaxantes et analgésiques de cette plante sont idéales pour ne plus ressentir d’irritations. Une tasse d’infusion de thym à boire jusqu’à 4 fois par jour à aussi un effet calmant. En revanche, il faut éviter de se gratter ou de se laver avec des produits qui risquent au contraire de modifier encore l’acidité de la flore vaginale. L’huile essentiel d’arbre de thé vert peut aussi être utilisée. Une seule goutte mélangée à de l’huile d’amande douce est suffisante.

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *