Close

Muguet sur la langue : symptômes, causes et traitements

Mycose langue symptômes et traitements

Le muguet, de quoi s’agit-il ?

Le muguet est une maladie infectieuse causée par la croissance récalcitrante d’un organisme appelé Candida albicans, qui affecte généralement la muqueuse buccale. Cet organisme qui normalement élit pacifiquement domicile sur notre peau, dans notre bouche et notre tube digestif ne crée aucun désagrément. Bon nombre de personnes ont ce type d’organismes dans leur bouche, sans nécessairement souffrir d’une maladie. Chez d’autres individus par contre, ce champignon a tendance à proliférer de façon anormale et à provoquer de la douleur et de l’inflammation quand survient un déséquilibre dans l’environnement dans lequel il vit. Lorsque cela se produit, nous sommes alors en présence de la candidose, autrement nommée moniliase ou infection à levures. C’est l’examen clinique et une anamnèse qui conduisent le plus sûrement au diagnostic.

Le développement d’une candidose buccale atteint plus spécifiquement :

  • Les nourrissons;
  • Les personnes âgées;
  • Les personnes immunodépressives;
  • Les personnes prenant des antibiotiques;
  • Les personnes prenant de la cortisone;
  • Les gens porteurs de prothèse dentaire;
  • Les individus souffrant de diabète ou autres affections métaboliques;
  • Les personnes qui font usage d’antibiotiques ou de remèdes cytostatiques;
  • Les personnes atteintes de toxicomanie;
  • Les personnes en situation de dénutrition.

Les symptômes

Les principales manifestations du muguet buccal chez la personne atteinte consistent dans un premier temps en la présence de petits points couleur blanc crème. Ces points sont légèrement exhaussés et ne provoquent aucune douleur. Lorsque la condition s’aggrave, les petits points font place à un mucus blanchâtre – qui ressemble à du lait caillé – et de dépôts sur la langue, la muqueuse des joues et le pharynx. Le muguet buccal peut aussi entraîner l’apparition de lésions fissurées, rougeâtres et sèches à la commissure des lèvres, le palais et la muqueuse des joues. Une sensation de brûlure dérangeante dans la bouche et parfois même dans la gorge qui entraîne un inconfort important peut également survenir. Lorsque le muguet s’est étendu à l’œsophage, la personne atteinte éprouve de la difficulté à avaler.

Les causes

Les levures entrent en concurrence avec différents autres organismes, dont plusieurs bactéries. Ces bactéries vivent entre autres sur la peau, dans les intestins et le vagin. En principe, notre système immunitaire est en mesure de se défendre facilement et efficacement contre ces bactéries. Ce n’est cependant pas le cas des individus atteints de pathologies qui affaiblissent leur système immunitaire, comme le sida et le cancer.

Le muguet buccal se développe souvent également chez les femmes enceintes et les personnes aux prises avec le diabète. Les patients qui suivent des traitements d’antibiothérapie (surtout à spectre large), de corticothérapie (la cortisone surtout au delà de 0,5mg/kg/jour) et de chimiothérapie pendant une période prolongée sont vulnérables face à cette affection parce que ces traitements peuvent entraîner une multiplication difficilement contrôlable des levures.

Les traitements

Afin de traiter efficacement le muguet buccal, il faut d’abord et avant tout traiter la condition qui favorise l’apparition de cette affection. Par exemple, si les symptômes de la candidose sont apparus suite à une prothèse dentaire mal adaptée, il serait sans doute utile de la remplacer avant d’envisager tout autre traitement. Dans le cas où aucun soin n’est envisageable, il faut alors se tourner vers la prescription de médicaments antifongiques.

Si la mycose touche uniquement la muqueuse buccale, le traitement principal prescrit consiste en l’application d’un antifongique par voie locale, comme un gel, directement sur la région affectée. Toutefois, si cette mycose est plus grave ou se développe dans d’autres parties du corps, un traitement antifongique par voie orale (sous forme de comprimés) ou par voie parentérale (intramusculaire ou intraveineuse) sera de mise. Les plus connus sont le Fluconazole et la Fungizone.

Côté remèdes naturels, il existe des aliments qui apportent des acidophilus probiotiques permettant de combattre les bactéries candidoses. En tête de liste, le yaourt probiotique, ensuite l’ail, le vinaigre de cidre de pomme, le miel, l’huile de coco et le clou de girofle. L’huile essentielle de pamplemousse et surtout l’extrait de pépins de pamplemousse sont d’autres options à envisager.

L’EPP BIO est efficace et sûr. Il faut bien prendre garde à diluer la solution dans de l’eau pour ne pas agresser votre estomac.

Extrait BIO

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *