Close

Mycose vaginale : symptômes, causes et traitements

Mycose vaginales symptômes

La mycose vaginale, qu’est-ce que c’est ?

Femme, savez-vous que votre organe génital à l’instar de tout autre organe du corps est exposé à certaines maladies comme la mycose vaginale ? En effet, la nature a doté votre flore intime de bactéries qui pullulent la muqueuse vaginale et qui sont destinées à protéger les vulves vaginales contre les microbes. Cette barrière de protection est très fragile et peut être mise en danger par des champignons tels que le Candida albicans ou le Candida glabrata. Ces organismes fongiques, en attaquant le vagin provoquent une infection vaginale appelée mycose vaginale.
Généralement bénigne, elle est souvent source de gêne et de douleurs. Très fréquente, elle est diagnostiquée dans 20% des examens gynécologiques. Gros plan sur ce mal silencieux.

Les symptômes de la mycose vaginale

Dès que vous sentez des démangeaisons à l’entrée de votre vagin, des brûlures vaginales très douloureuses, des irritations fréquentes de la vulve vaginale enflammée et devenue rouge vernissé, sachez que votre organe génital est infecté par des champignons. Ces douleurs se font ressentir davantage lors des rapports sexuels au niveau de la miction.
La mycose vaginale provoque aussi chez certaines femmes des pertes vaginales qui ressemblent à du lait caillé. Que l’apparition de ces symptômes ne vous affole pas trop. La mycose vaginale est une maladie bénigne qui peut être évitée par un changement de comportements vis-à-vis de son vagin.

Les causes de la mycose vaginale

La mycose vaginale est souvent provoquée par la fragilisation de la barrière protectrice érigée par les bactéries vaginales. Ce trouble peut être causé par des gestes inadaptés et trop poussés que vous exercez quotidiennement sur votre vagin. Il s’agit des excès de toilette intime qui peut provoquer l’irritation de la muqueuse vaginale.

Il en est de même des macérations et des savons trop agressifs. Sans oublier votre mode vestimentaire intime qui est un facteur déterminant de la mycose vaginale. Le port des sous-vêtements en tissu synthétique et trop serrés, des protège-slips qui peuvent assécher la vulve, des pantalons trop collants, la mauvaise hygiène intime ou une hygiène trop soignée et fréquente, le stress, la chaleur, la pratique excessive de sport… favorisent cette infection vaginale.

Mais, d’autres facteurs favorisant la mycose vaginale vous sont externes et vous sont difficiles à contrôler. On peut citer entre autres :

  • la diminution du système immunitaire provoquée par certaines maladies comme le diabète,
  • la variation du taux hormonal provoquée par les règles et la grossesse (voir mycose et femme enceinte),
  • la prise récente ou trop fréquente des antibiotiques,
  • les rapports sexuels trop douloureux,
  • les infections sexuellement transmissibles (MST),
  • les mesures contraceptives comme le port du stérilet, la prise de certaines pilules contraceptives,
  • la ménopause.

Comment l’éviter ?

Aussi simple à contracter, aussi facile à éviter. Il suffit de contrôler certains de nos gestes et réflexes au quotidien pour se prémunir contre la mycose vaginale. Veiller à une bonne hygiène intime et régulière. Une douche par jour suffit largement, et ne jamais dépasser deux.

Pour vos toilettes intimes, choisir des savons doux qui respectent le PH de la vulve vaginale. Faire vos toilettes avec de l’eau claire simplement et n’oublier pas de vous rincer soigneusement avant de vous sécher correctement. Le séchage est effectivement très important, car les champignon adorent les milieux humides pour se développer. Si malgré toutes ces précautions le mal se pointe, alors il faut s’adresser à un professionnel de santé.

Comment traiter la mycose vaginale ?

Dès l’apparition des premiers signes symptomatiques, il faut consulter votre médecin et précisément un gynécologue qui vous soumettra un traitement adéquat. Il peut vous prescrire un traitement par voie générale qui consiste en des prises de comprimés par voie orale. Il s’agit d’antifongiques sur ordonnance qui par voie sanguine atteignent les muqueuses vaginales et détruisent les champignons. On citera le Fluconazole.

Il peut choisir un traitement local en vous prescrivant des ovules à insérer dans la muqueuse vaginale et des crèmes à passer sur la vulve vaginale 1 à 2 fois par jour. Tout dépend de l’avancée de l’infection. Le traitement le plus courant dure généralement 3 semaines. Il peut être aussi appliqué en monodose, c’est-à-dire avec un seul ovule pendant 3 jours. Il faut suivre rigoureusement les conseils du médecin pour éviter les récidives qui malheureusement fréquentes. Il est possible de suivre quelques précautions afin d’éviter la récidive du mal.

  • Traiter aussi le partenaire surtout quand les symptômes sont observés au niveau de son pénis,
  • Porter des sous-vêtements en coton pour éviter la chaleur, l’humidité et les microbes,
  • Eviter les bains désinfectants, les savons parfumés, les douches vaginales lors de vos toilettes intimes,
  • Privilégier les douches aux bains,
  • Toujours bien se sécher correctement les champignons aiment l’humidité,
  • Se rincer immédiatement à l’eau courant après les bains en piscine,
  • Ne pas trop prendre de sucreries parce qu’elles favorisent le développement des champignons,
  • Prendre un traitement naturel contre la mycose vaginale.

 

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *